Entrevue avec Marguerite Sauvage

Marguerite Sauvage | Rues de Montréal - histoires urbaines en bande dessinée | www.ruesdemontreal.com

Après des études de Droit à Paris, Marguerite Sauvage devient illustratrice en 2001. Elle travaille dès lors en publicité, presse et édition, puis également pour la BD franco-belge (Casterman, Delcourt et Dupuis). En 2014, elle est remarquée par Vertigo et entame une carrière dans les comics américains. Elle participe au lancement de Bombshells chez DC et de Faith chez Valiant, et travaille également pour Marvel, Dark Horse, ou Image. Elle vit à Montréal. margueritesauvage.artstation.com

1. Ton parcours dans la bande dessinée.

Originalement, je suis illustratrice pour la presse, la publicité et l’édition. Mais j’ai grandi dans l’univers de la BD franco-belge (mon père avait une superbe bibliothèque remplie de sagas à la belle époque des années 80, 90). Puis j’ai été influencée par les mangas quand j’étais adolescente et je participais à des conventions où je vendais des fanzines de bande dessinée, en gros des photocopies brochées en noir et blanc. Il y a quelques années j’ai travaillé pour Dupuis, puis Delcourt et Casterman, et faire de l’art séquentiel était un gros challenge puisque l’illustration m’avait habituée à une image fixe et « complète ». Ensuite il y a 3 ans j’ai eu la chance de pouvoir sauter le pas pour travailler pour le comics américain. Depuis, je fais principalement du comics, j’adore cet univers qui est en grande redéfinition en ce moment, diversité, représentation… c’est passionnant.

2. Pourquoi as-tu choisi “Le Bordel de la Police” comme sujet et comment as-tu décidé de l’aborder, sous quel angle ?

En fait, je l’ai surtout choisi pour le lieu : le bar Waverly ! Car quand on est français et qu’on débarque à Montréal pour la première fois, on peut être sûr que c’est un des premiers bars où l’on va atterrir surtout dans le milieu artistique et quand on connaît des gens qui travaillent chez Ubisoft ! Ensuite, le fait que ce soit sur une maison close m’a interpellée, j’aime travailler sur des figures féminines, ainsi que le fait que le thème soit la prohibition et les racines de la corruption galopante dans les institutions de la ville de Montréal.

makingofMarguerite

3. Quelle est ton approche graphique pour ce récit ?

J’ai voulu faire des pages entre l’illustration, le reportage dessiné et la bande dessinée, avec une inspiration directement très décorative, art déco, années folles, peu de couleur, une référence au doré et au noir et blanc épuré et graphique.

4. On fête le 375e anniversaire de la ville de Montréal ! Quel est ton rapport à la métropole ?

Elle m’a adoptée alors je l’aime. C’est une ville qui me surprend encore, et je pense que ça va durer compte tenu du dynamisme local. Et j’aime également l’aura internationale de Montréal, que je rentre en France ou que je parte aux États-Unis pour un comiccon, les gens sont toujours charmés d’entendre parler de cette ville.

5. Quels sont les auteurs qui t’inspirent ?

René Gruau, Moebius, Blutch, Al Parker, Terry Gilliam, Neil Gaiman, John Irving, bref, une multitude.

6. Quel est ton prochain projet et sur quoi travailles-tu en ce moment ?

En ce moment je travaille pour DC Comics sur une série uchronique qui se passe pendant la seconde guerre mondiale avec des héroïnes féminines, ainsi que sur un pastiche de I love Lucy. Je prépare aussi des ouvrages plus personnels, en écriture.


→ Lisez la BD sur le Bordel de la Police !

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s