Entrevue avec Catherine Ocelot

Catherine Ocelot | Rues de Montréal - histoires urbaines en bande dessinée | www.ruesdemontreal.com

Catherine Ocelot est auteure et dessinatrice. Talk-Show, sa plus récente BD, est parue aux éditions Mécanique Générale au début de l’année 2016. Dans son travail, Catherine s’intéresse à la communication, à nos façons de dialoguer, et s’amuse à mettre en scène les aspects merveilleux et artificiels que revêtent nos relations. catherineocelot.com

1. Ton parcours dans la bande dessinée.

Je suis entrée dans la bande dessinée un peu par hasard; j’avais étudié en arts et je travaillais plutôt dans le milieu du design graphique. C’est dans ce contexte que j’ai rencontré Jimmy Beaulieu qui avait une chronique sur la bande dessinée à Radio-Canada (où je travaillais à l’époque). À l’époque, Jimmy était aussi l’éditeur de Mécanique Générale. Je lui ai montré mes dessins et il a accepté de publier mon projet. Ma première BD est donc parue en 2006. Pendant les années suivantes, j’ai surtout participé à des projets collectifs de bande dessinée puis l’année dernière j’ai publié Talk-Show, mon deuxième livre, toujours chez Mécanique Générale.

CatherineOcelot2

2. Pourquoi as-tu choisi “Le Marché Jean-Talon” comme sujet et comment as-tu décidé de l’aborder, sous quel angle ?

J’ai choisi d’aborder le marché Jean-Talon parce que dans mon travail je m’intéresse beaucoup à nos dialogues, à nos façons de communiquer, aux liens qui nous unissent. Un marché public avec l’angle de la nourriture est un endroit génial pour entendre toutes sortes de conversations et de récits, autant banals (qu’est-ce qu’on mange pour souper ?) que tragiques (il est mort empoisonné). Je pensais aussi à la relation qu’on peut avoir avec le marchand ou le producteur, et au fait que manger et préparer les repas est intimement lié à nos relations familiales, amoureuses et amicales.

Catherine Ocelot - Le Marché Jean-Talon - page couverture | Rues de Montréal - histoires urbaines en bande dessinée | www.ruesdemontreal.com
Catherine Ocelot – Le Marché Jean-Talon

3. Quelle est ton approche graphique pour ce récit ?

Mélange de dessin sur papier et à l’ordi. J’ai alterné entre croquis au plomb et à la tablette graphique, et j’ai fait les couleurs dans Photoshop.

4. On fête le 375e anniversaire de la ville de Montréal ! Quel est ton rapport à la métropole ?

J’ai déménagé ici pour mes études lorsque j’avais 22 ans. Je suis originaire de Québec, donc d’une ville plutôt tranquille, et je me rappelle encore à quel point j’ai apprécié instantanément la vitalité de Montréal, ce qui contrastait beaucoup avec ce que j’avais connu auparavant. Peu importe, le jour de la semaine il y avait de la circulation, de la vie jusqu’à tard le soir, on avait toujours la possibilité de sortir quelque part, d’aller voir un spectacle… et qu’il y ait d’autres gens ! Je trouvais ça très énergisant et presque soulageant. Après mes études, je n’ai même pas pensé retourner dans ma ville natale, je me suis installée ici tout naturellement.

5. Quels sont les auteurs qui t’inspirent ?

Dans mon travail, ce sont souvent des oeuvres tragi-comiques ou avec un humour un peu particulier qui m’inspirent. Je pense à certains films de Sophie Fillières, à ceux d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, Nanni Moretti, et plus récemment Valeria Bruni Tedeschi. J’ai peu de talent pour le drame: je tombe rapidement dans le mélo et je trouve cela insupportable! Quand je compose des conversations que je trouve drôles, ça facilite l’exploration des liens entre les personnages, des drames et des fragilités qui s’y trouvent. Quand on lit mes textes, on peut sourire. Et si on a envie, on peut aussi creuser un peu et voir le vrai sujet que j’aborde, le sous-texte… c’est le mariage des deux qui me stimule; il y a en surface ce qu’on dit, et puis tout le reste qu’on trouve en dessous et qui est d’une grande richesse. Autre exemple, certaines saisons de la série Louie, où l’auteur met en scène plusieurs conversations comiques, mais qui n’en sont pas moins existentielles.

6. Quel est ton prochain projet et sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Je travaille beaucoup sur mon prochain livre qui devrait paraître dans le courant de l’année prochaine. J’ai aussi une chronique «Rencontre» dans la revue de bande dessinée Planches. C’est cette chronique qui m’a permis de commencer à explorer la réalisation d’entrevues, un nouveau terrain que j’adore et que je vais définitivement continuer à explorer dans mes projets futurs.


→ Lisez la BD sur le Marché Jean-Talon !

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s