Entrevue avec Guillaume Perreault

Guillaume Perreault | Rues de Montréal - histoires urbaines en bande dessinée | www.ruesdemontreal.com

Guillaume Perreault est graphiste de formation, mais il se consacre maintenant à l’illustration, principalement dans le monde de l’édition jeunesse. On retrouve aussi ses illustrations au sein de campagnes publicitaires, dans du matériel éducatif et dans le milieu culturel. Depuis peu, il trace également sa voie en tant qu’auteur et que bédéiste avec notamment Le Facteur de l’espace (La Pastèque) et Cumulus (Mécanique Générale). www.guillaumeperreault.com

1. Ton parcours dans la bande dessinée.

En fait, je suis graphiste de formation. J’ai étudié en design graphique à Ottawa, après quelques années à travailler en agence et à la pige je me suis tourné vers l’illustration à temps plein. J’ai débuté dans le domaine de l’édition par illustré des albums jeunesse et de file en aiguille, je me suis lancé sur ma première BD, pour voir si j’en étais capable. Mon boulot d’illustrateur et mes contrats d’album me tiennent encore pas mal occupé, mais j’essaie de prioriser mes propres projets de bandes dessinées à l’avenir !

2. Pourquoi as-tu choisi “Le Parc La Fontaine” comme sujet et comment as-tu décidé de l’aborder, sous quel angle ?

Le parc La Fontaine est venu naturellement, je crois. J’étais plutôt étonné qu’il ne soit pas choisi plus rapidement en fait. Le parc est un endroit serein, mais tellement vivant et à la fois et remplit d’histoire. Le début du parc dans les années 1900 m’intéressait beaucoup avec la grande serre de Montréal et son côté très victorien, mais c’est la phase Jardin des merveilles qui semblait accrocher beaucoup la communauté. J’ai choisi de mettre en scène deux personnages fictifs plutôt que de mettre le jardin en vedette ; il devient l’hôte d’un amour d’été. On assiste à la vie des gens au sein du parc, à la magie des lieux, au quotidien… l’endroit devient donc un personnage de soutien si l’on veut.

Guillaume Perreault - Le Parc Lafontaine - page couverture | Rues de Montréal - histoires urbaines en bande dessinée | www.ruesdemontreal.com

3. Quelle est ton approche graphique pour ce récit ?

J’ai opté pour une approche très graphique. L’idée était de mettre les lieux en évidence. Heureusement, j’ai trouvé de superbes images de références et des cartes de lieux qui m’ont permis (j’espère !) de bien recréer les lieux et de situer l’action dans des endroits intéressants du jardin. J’ai eu aussi beaucoup de plaisir avec la recherche de vêtement d’époque. Tous les tissus, patrons et les styles concorde avec la fin des années 60. Évidemment, la cigarette à aussi bien sa place en publique haha ! La couleur est aussi la vedette de l’œuvre, le jardin des merveilles refermait des décors complètement éclatés et je souhaitais rendre hommage à cette facette. Les édifices rose, rouge, jaune en passant par la baleine bleu profond accompagner des arbres, plantes et fleurs avec leurs panoplies de verdure. Les personnages, les couleurs et les décors déjantés forment donc un tout très unique.

4. On fête le 375e anniversaire de la ville de Montréal ! Quel est ton rapport à la métropole ?

Je pense que ce que je préfère de Montréal c’est le fait que peu importe ou on se trouve dans la ville il y a une petite vie de quartier. De quoi trouver ce qu’on cherche. Chaque petit quartier à ses cafés, des bars, ses épiceries, ses restos, etc. Pas besoin de sortir le téléphone pour trouver un café, suffit de marcher et c’est assurer qu’il y en aura un. Je pense que c’est quelque chose que les gens de Montréal semblent oublier, la proximité et la simplicité. On a bien chialé contre la lenteur du métro… reste qu’il y a un métro tout de même et c’est facile oublier que peu de villes on cette chance !

5. Quels sont les auteurs qui t’inspirent ?

Honnêtement, j’aime bien répondre à cette question en citant des cinéastes plutôt. Oui, j’adore la lecture, mais les films me fascinent et m’inspirent beaucoup plus. Par exemple les palettes de couleurs de Wes Anderson, les plans de caméra de Kubrick et les personnages étranges de David Lynch.

6. Quel est ton prochain projet et sur quoi travailles-tu en ce moment ?

J’essaie fort de travailler sur le Facteur de l’espace numéro 2, mais j’ai un horaire bien chargé ! J’aimerais bien aussi sortir une petite collection de prints ou une expo sous peu. Sinon j’ai beaucoup d’autres idées de BD en tête, pour un public plus adulte, question de sortir un peu de la jeunesse.


→ Lisez la BD sur le Parc La Fontaine !

 

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s